kot
Please update your Flash Player to view content.

National – La Loi Macron entre en débat à l'Assemblée nationale

Le projet de loi Macron pour la croissance et l’activité, censé lever des "blocages" de l'économie, est arrivé lundi dans l'hémicycle de l'Assemblée pour deux semaines de débats. Professions réglementées, épargne salariale, et surtout travail du dimanche : le ministre de l’Economie a présenté et défendu son texte, susceptible de mettre à nouveau en lumière des divisions internes à la gauche mais aussi à la droite. Le travail du dimanche figure parmi les réformes les plus contestées, notamment chez les frondeurs du PS.

"Cette loi offre une opportunité pour les responsables politiques que nous sommes : elle permettra de nous prouver à nous-mêmes, à tous les Français, que nous sommes capables de bouger, que nous ne sommes prisonniers d'aucun dogme, ni d'aucun intérêt en place", a plaidé le ministre de l'Economie. "Elle nous autorisera à être plus exigeants avec nos partenaires et avec l'Europe. Comment leur demander plus, si nous ne faisons pas nos réformes nous-mêmes ?", a-t-il ajouté.

Même s’ils le disent sur un ton moins vigoureux depuis les attentats commis en région parisienne, les « frondeurs » du PS et d’autres membres du groupe socialiste veulent que l’exécutif amende les articles consacrés à l’extension du travail dominical. Une bataille dans laquelle s’impliqueront également les écologistes et le Front de gauche.

La droite, de son côté, a l’intention de monter au créneau pour défendre les professions réglementées, dont les conditions d’exercice et la tarification vont profondément évoluer. Il faut aussi s’attendre à une offensive des Verts à propos des dispositions relatives au logement et au droit de l’environnement.

Pour marquer le coup, des opposants au projet de loi ont manifesté hier à Paris. La CGT, FO et Sud organisaient le défilé pour dénoncer le travail dominical.

 

 

Le parti Syriza remporte les élections et va donner du fil à retordre aux créanciers de la Grèce

C’est une large victoire que le parti anti-austérité Syriza a obtenu dimanche. La main des électeurs grecs n’a pas tremblé. En portant au pouvoir le parti de la gauche radicale qui a promis de tourner le dos à la politique d’extrême rigueur menée depuis six ans sous la tutelle tatillonne de ses créanciers internationaux, les Grecs ont exprimé toute leur exaspération. De l’espoir aussi.

Les adversaires de l'austérité ont donc pris lundi les commandes en Grèce, sous la houlette du nouveau Premier ministre de gauche radicale Alexis Tsipras, dont l'alliance avec un parti de droite souverainiste pour gouverner laisse augurer de négociations difficiles avec l'Union européenne.

L'Europe a d'ores-et-déjà prévenu Alexis Tsipras, 40 ans, qu'elle n'était pas prête à effacer la dette du pays dont Syriza réclame la restructuration. Or, c'est la ligne la plus ferme vis-à-vis des créanciers UE et FMI qui semble l'avoir emporté avec l'annonce d'un accord de gouvernement entre Syriza et le petit parti de droite souverainiste des Grecs indépendants (Anel).

Les deux formations vont cumuler une majorité de 162 sièges (149+13) sur les 300 du parlement. Désigné Premier ministre lundi après-midi, processus éclair au lendemain des élections, Alexis Tsipras devrait annoncer la composition de son gouvernement d'ici mercredi.

"Faire partie de la zone euro signifie qu'il faut respecter l'ensemble des accords déjà passés", a affirmé le président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, à son arrivée à une réunion des ministres des Finances de la zone euro à Bruxelles. Les partenaires d'Athènes auront une approche "très pragmatique", a-t-il déclaré, mais les problèmes de la Grèce "sont toujours là, ils doivent toujours être résolus", et ils "n'ont pas disparu du jour au lendemain par le simple fait qu'une élection a eu lieu".


 

Culture – Demis Roussos ne chantera plus…

On n'entendra plus son timbre aigu qui cadrait mal avec son physique imposant. Demis Roussos, qui a été pendant des décennies l'une des grandes voix de la variété internationale, aussi célèbre pour ses tubes que pour sa silhouette imposante et ses tenues bariolées est décédé dans la nuit de samedi à dimanche à Athènes à l'âge de 68 ans.

Il connut une gloire internationale avec le groupe Aphrodite's Child, dont il fut le chanteur et le bassiste. "Rain and Tears", composée par Vangelis avec des paroles de Boris Bergman, fut dans le monde entier l'une des chansons phares de 1968. Puis il se lance en solo, et grâce à des tubes comme "We Shall Dance" (1971), "Loin des yeux loin du coeur" (1978), "Quand je t'aime" (1987) et "On écrit sur les murs" (1989), on estime que Demis Roussos - de son vrai nom Artémios Ventoúris Roúsos - a vendu près de 60 millions de disques à travers le monde au cours de sa carrière.

 

Cyclisme – Armstrong n'en finit pas de jouer de la trompette sur la lune…

L'ancien coureur américain, convaincu de dopage et déchu de ses sept victoires dans le Tour de France, entre 1999 et 2005, estime qu'il "tricherait probablement à nouveau" si nous étions en 1995, une époque où "le dopage était complètement généralisé". Plus rien de surprenant… Il a du reste estimé qu'il avait "gagné les Tours" qui lui ont été retirés.

Pour le coup……

 

 

Handball – Les Bleus en quart

La France s'est largement imposée face à l'argentine aux Mondiaux de handball (33-20), ce lundi, à Doha. Portée par une défense extraordinaire devant un Thierry Omeyer de gala, les "Experts" se sont qualifiés pour les quarts de finale. Cette victoire est un grand pas sur la voie des JO-2016 à Rio. Les Français affronteront mercredi la Slovénie.

 

Guyane - Les vœux du directeur du CHAR annulés cause : banderolles.

300 personnes étaient conviées vendredi en fin de matinée aux vœux du directeur de l’hôpital de Cayenne. Dominique Delpech devait remettre  une médaille de travail à quelques 61 retraités dans le hall du pôle femme-enfant. De nombreuses galettes avaient été commandées pour l'occasion.

Personne n'a eu le temps d'être  épinglé durant cette cérémonie à part le directeur. Dès que Dominique Delpech commence à prononcer ses premiers mots de bienvenue au micro, des banderoles se déroulent aux deux étages du bâtiment. "Qui nourrira nos enfants" ou encore "Non à l’externalisation", peut-on lire. Des chants résonnent dans le hall : "la cuisine, nous nous battrons pour la sauver". Un slogan entonné par environ 16 personnels de la cuisine du CHAR soutenus par l'UTG.

"Nous protestons contre le plan d'austérité de la direction. Il est tant que le personnel se réveille. La direction veut privatiser la cuisine, le standard et les archives. Au total 35 emplois sont menacés. Les contrats de plusieurs contractuels ne seront pas renouvelés. C'est inadmissible", scande Adrien Guilleau, responsable UTG pour la maternité-pédiatrie.

Furieux,  le directeur du CHAR annule la cérémonie des vœux, "ils [le personnel et l'UTG, ndlr] en portent l'entière responsabilité. Il y a d'autres espaces pour s'exprimer", s'emporte Dominique Delpech. Et d'ajouter à propos de la cuisine, "Elle ne délivre pas une prestation de qualité suffisante et elle coûte chère. C'est pour cette raison que je souhaite trouver une nouvelle prestation pour que les patients mangent mieux, pour que les repas soient servis à l'heure, chauds et qu'il n'y ait pas de risques de toxi-infections alimentaires. Les équipements sont neufs et les personnels formés. Malgré cela les espérances ne sont pas à la hauteur."

Durant cette cérémonie le directeur devait annoncer les grands chantiers de 2015. Nul doute que l'externalisation ne devait pas être annoncée lors de cette cérémonie œcuménique. Ce début d'année sera marqué par l'ouverture tant attendu d'un service de pédopsychiatrie de 10 places et d'un service de soins de suite et de réadaptation de 15 places pour désengorger les lits de courts séjours avec plateau de kinésithérapie. NM


 

Guyane – Des vœux, des vœux et… des objectifs ?

C'est ce que l'on peut espérer avec la suite des traditionnelles cérémonies de vœux. La fin de semaine dernière a été l'occasion, pour la FTPE (Fédération des très petites entreprises) et la Chambre des métiers, d'aller à la rencontre de ses adhérents à Kourou (Saint Laurent ce vendredi 30 janvier). Dans une salle bien garnie, avec la présence de François Ringuet, le maire de la ville, Valérie Vanoukia et Harry Contout, les présidents de ces deux organisations, ont émis des vœux combatifs pour que cette année 2015 soit à la hauteur des attentes des chefs d'entreprises et des artisans afin, notamment, que le développement économique de la Guyane et de ses entreprises soit une donnée essentielle dans le cadre de l'évolution institutionnelle et de la campagne électorale qui la précédera en décembre prochain.

Même souhait pour Ernest Prévôt, le Président de l'association des MPI de Guyane (Moyennes et Petites Industries) qui est revenu sur la volonté de l'ensemble des organisations professionnelles de mettre en œuvre des actions communes qui aillent au-delà des intérêts particuliers.

Cette unité a d'ailleurs été rappelée par Joëlle Prévot-Madère, Présidente de la CGPME en insistant évidemment sur le dossier lié à l'octroi de mer (voir notre article dans cette édition).

Toujours lors de ces vœux des MPI, le Préfet Eric Spitz a rappelé sa volonté de "se faire l'écho des socio-professionnels de Guyane à Paris et de créer les conditions d'un dialogue constructif".

Nul doute que ces discours seront relayés tout au long de cette semaine par tous ceux qui s'exprimeront dans ces dernières cérémonies qu'on pourrait également qualifiées de "mois des traiteurs de Guyane", secteur artisanal qui adore les vœux avec buffet… TM

 

 

Page 74 sur 741

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir le Kotidien dans votre boite mail.
Les petites annonces avec Cyphoma

Please update your Flash Player to view content.

Mentions légales - Contactez-nous - 

© 2012 Tous droits réservés KREOLSI - www.lekotidien.fr  / info.kreolsi@gmail.com 0694.90.16.28