kot
Please update your Flash Player to view content.

Guyane - La marche funèbre des médecins…

Des médecins dans la rue qui protestent contre un projet gouvernemental, une quinzaine d'années que cela n'était pas arrivé en Guyane. Après avoir fermé leurs cabinets en fin d'année dernière, les médecins se sont une nouvelle fois mobilisés contre le projet de loi de Marisol Touraine.

Hier matin une cinquantaine de généralistes et de spécialistes ont participé comme ils disent "aux obsèques de la profession libérale". Vêtus en blanc et noir, ils se sont rassemblés devant le siège de l'Agence Régionale de Santé (ARS) puis de la Caisse Générale de Sécurité Sociale (CGSS) à Cayenne. Munis de leurs saxophones, trois médecins entonnent la marche funèbre.

Outre la généralisation du tiers payant, les médecins libéraux protestent, "contre la mise sous tutelle de l'Etat de la convention entre les médecins et les caisses. Et surtout, les délégations de compétences qui ont été prévues sans aucune négociation avec les professionnels. Nous ne voulons pas que des personnes qui ne sont pas médecins pratiquent des actes médicaux", explique Stanley Caroll, président du syndicat des médecins de Guyane.

Et d'ajouter, "si le projet passe les patients n'auront plus la liberté de choix de leurs médecins et les médecins n'auront plus le choix des traitements". Une délégation a été reçue par le directeur de l'ARS puis la directrice de la CGSS. Une manifestation est prévue le 15 mars à Paris en présence de représentants de l'Outre-mer. NM


 

Guyane – Kourou : Conflit entre François Ringuet et l'entreprise gestionnaire du Réseau de Transport Urbain

Hier matin sur les ondes de Guyane 1ère, Kevin Madeleine, le délégataire du Réseau de Transport Urbain de Kourou (RTU) K-lyann et ses trois lignes en service depuis mars 2014, a tenu "des propos  mensongers, insultants et indignes d'une entreprise qui (…) reçoit une compensation annuelle (…) de plus de 1,8 millions d'euros" s'est insurgé François Ringuet par communiqué dans la soirée.

L'entrepreneur avait assuré ne pas être reçu par le maire de Kourou qui "refuse de traiter le fond du problème (…) toujours pas d'abris bus, pas de poteaux, aucun mobilier urbain". M Madeleine demande à ce que le réseau soit adapté, mais regrette "le comportement de voyou" de l'édile de la ville spatiale. Une facture de 900.000 euros n'aurait par ailleurs pas été réglée par la mairie depuis décembre dernier.

François Ringuet a informé ses administrés qu'un dépôt de plainte avait été déposé ce jeudi "pour injures publiques". "Cette attitude amateure, sous tendue par des manipulations politiciennes au détriment de l’intérêt des Kourouciens et des salariés de cette entreprise, rend difficile les chances de réussite de ce partenariat"concluait le maire, qui attend de son côté le rapport d'activité 2014 du délégataire pour "vérifier la bonne utilisation des fonds publics versés"

L'affaire semble prendre "un départ en fanfare", et nous reviendrons dessus dans nos prochaines éditions… ES


 

Haïti - République Dominicaine – "Respect et paix sur l'île"…

Ce mercredi, plusieurs milliers d'haïtiens sont descendus dans les rues de Port-au-Prince pour protester contre les actes xénophobes et racistes subis par les migrants haïtiens partis vivre dans la partie orientale de l'île. Depuis le début du mois de février, deux hommes ont été assassinés en République Dominicaine. Des crimes condamnés par les deux Etats. "Ces crimes xénophobes et racistes, qui ont récemment endeuillé des familles haïtiennes en République Dominicaine, sont l’œuvre de petits groupes d’individus isolés", avait indiqué l’ambassadeur dominicain en Haïti, Ruben Silié Valdes avant la marche de mercredi.

Organisée par le Collectif du 4 décembre, cette marche voulait mettre en évidence "l’irresponsabilité de l’Etat d’Haïti [dans ses rapports avec son voisin] (…) et le racisme exacerbé en République Dominicaine".

Parmi les manifestants (pour la plupart pacifiques), certains proféraient des slogans haineux à l'encontre des dominicains, et la manifestation a dégénéré au niveau du Consulat dominicain à Pétionville, où plusieurs personnes se sont emparées du drapeau dominicain sur le toit du bâtiment, avant de le lancer à la foule, puis de placer le drapeau bicolore haïtien à la place… Les "faibles effectifs de police" présents alors ont laissé faire les manifestants…

Santo Domingo a condamné dans la nuit de mercredi à jeudi "l'attaque" contre son consulat en Haïti, en précisant que "leur patience avait des limites (…) et que le gouvernement dominicain a fait de grands efforts pour maintenir saine, productive, et respectueuse, la relation avec le gouvernement haïtien".

En septembre 2013, l’arrêt 168-13 pris par le gouvernement dominicain, a rendu apatrides plusieurs centaines de dominicaines et de dominicains d’origine haïtienne. Cette décision avait envenimé les rapports entre les deux pays. ES


 

Martinique – Les KBis de la CCI…

Un amendement de la loi Macron – qui ne concerne pas la Guyane au grand désarroi de la CCIG – permet désormais aux Chambres de Commerce de Martinique, Guadeloupe et Réunion de délivrer des extraits Kbis aux entreprises. En Martinique, les chefs d'entreprises sont déjà nombreux à être… refoulés par la CCIM, qui leur rappelle que "la gestion du Registre du Commerce et des Sociétés n'est – pour l'instant – pas assurée par ses services" et les invite à se rendre au Greffe du Tribunal de commerce.

Comme quoi, les problèmes ne concernent pas uniquement la Guyane, et devraient prouver au gouvernement que la situation des entrepreneurs dans nos département ultramarins (notamment en ce qui concerne les formalités administratives très longues à obtenir), mérite depuis longtemps que l'on s'y penche… ES


 

National – Où s'arrêtera le cataclysme Areva ?

Une semaine avant la présentation de ses résultats 2014, prévue le 4 mars, le champion nucléaire français a été contraint de dévoiler ce lundi une perte nette de 4,9 milliards d'euros. L'annonce est tout sauf anecdotique : cette perte, due notamment à de nouvelles provisions sur l'EPR finlandais et à de multiples dépréciations d'actifs, représente plus de 50% du chiffre d'affaires du groupe (8,3 milliards en 2014), et dépasse même largement la valorisation d'Areva en Bourse (3,6 milliards).

Résultat : l'action Areva n'en finit pas non plus de couler, -55% en un an. Un rapprochement avec d'autres membres de l'équipe de France du nucléaire, EDF en tête, semble inévitable. Arevaenvisagerait de filialiser ses activités liées aux nouveaux projets de centrales à l'international et au traitement des combustibles usés, afin d'y faire entrer EDF. La ministre de l'Energie, Ségolène Royal, a confirmé cette semaine que l'avenir du groupe passerait par des "synergies" avec EDF et le CEA.

 

 

Irak – Quand les djihadistes veulent effacer le passé…

Des antiquités de plusieurs milliers d'années réduites en miettes. Dans une vidéo mise en ligne jeudi par le groupe Etat islamique, des djihadistes détruisent un musée de Mossoul, dans le nord de l'Irak. Il s'agit d'antiquités pré-islamiques. "Fidèles musulmans, ces artéfacts derrière moi sont des idoles pour les peuples d'autrefois qui les adoraient au lieu d'adorer Dieu", déclare un djihadiste en s'adressant à la caméra.

Le Metropolitan Museum de New York a qualifié de "catastrophique" cette destruction. "Cette attaque aveugle contre un art magnifique, contre l'histoire et la compréhension humaine, constitue une agression tragique (…) contre notre engagement universel à utiliser l'art pour unir les gens et promouvoir la compréhension humaine"

 

 

Courrier de lecteur - Roger, l'alcool et moi...

Le texte que nous publions aujourd'hui nous a été adressé par l'un de nos lecteurs et amis. Il est émouvant, juste, sincère, et nous souhaitions vous l'offrir dans son intégralité. C'est la raison pour laquelle nous vous proposons d'en découvrir l'introduction puis de poursuivre sa lecture en cliquant simplement sur le lien au bas de cette colonne.

Si vous souhaitez réagir, nous lui ferons suivre vos commentaires, il vous suffit de nous écrire à Cet adresse mail est protégé contre les spambots. Vous avez d'activer le javascript pour la visualiser.

Thierry MAQUAIRE, Directeur de publication

 

Roger, l’alcool et moi

Appelons-le Roger. Tu es parti Roger. Définitivement. Il y a de ça quelques jours. Comme un anonyme. Ah ce mot « anonyme » que tu prononçais souvent dans le mouvement que tu as contribué, avec d’autres, à installer en Polynésie : celui des Alcooliques Anonymes [AA]. Serais-je encore en vie si nos routes ne s’étaient pas inéluctablement croisées ?

 

J’ai les boules. L’humanité perd anonymement l’un de ses meilleurs représentants. Alors me taire ou me mettre à nu. Raconter la maladie peut-être pour en sauver un autre. Comme tu l’as fait pour moi Roger. « Sauver un homme, c’est comme sauver l’humanité » aimais-tu à dire. C’était il n’y a jamais si longtemps Roger. Je suis venu à ma première réunion, bourré, accompagné de ma femme. Je n’avais plus le choix. Je n’en pouvais plus. J’étais au fond du trou.

 

J’ai mixé pendant un temps conséquent arrêts de travail et activité professionnelle lestée de bières. Je ne quittais mon domicile que « chargé » en buvant au petit déjeuner. Dans un premier temps, « chargé » me donnait l’impression d’être INVINCIBLE, paré à affronter la journée. Ensuite, « chargé » me permettait d’atténuer les tremblements liés au manque. Je n’osais plus m’adresser de face à quelqu’un de peur de puer l’alcool, je mastiquais sans arrêt du chewing-gum, je n’avais plus aucune activité sportive ni sociale. Vers la fin de mon cauchemar, je n’avais qu’une envie, une seule obsession : me retrouver chez moi, tranquille, avec mon alcool, pour tenter vainement d’assouvir ma soif à l’abri du regard des autres et sombrer – au sens littéral du mot- dans le sommeil. Je voyais bien la honte, la tristesse, la colère chez ma femme et mes enfants mais je m’en foutais. Shooté, j’étais bien. J’ai payé des milliers de coups à des gens de rencontre. J’y ai laissé une fortune tout en étant incapable de penser à acheter un petit cadeau à ma femme ou à mes enfants. On n’invitait plus personne, honte aidant, et on a fini par ne plus avoir d’invitation. En théorie, je pensais que les gens en avaient marre que je pille leurs réserves d’alcool. En pratique, si vous voulez plomber une soirée, invitez un alcoolique. A un moment donné, tout le monde savait que j’étais alcoolique… sauf moi.

 

Malgré les mises en garde de plusieurs médecins, je continuais de boire car dans ma tête, l’alcool était mon oxygène, mon meilleur ami, il m’aidait à vivre et ça, personne ne pouvait le comprendre. Ah oui, ce qu’il y a de commun chez les alcooliques, c’est l’apitoiement sur soi, c’est Calimero en permanence : snif, les autres peuvent pas me comprendre donc, snif, je continue à boire.

 

C’était il n’y a jamais si longtemps Roger, ma femme m’avait fixé un ultimatum. Je suis donc venu à ma première réunion AA. Sans grande conviction. Quelle honte j’avais, même si je n’étais plus à une honte près. Dans ma tête, les AA c’était un groupe de poivrots-clodos qui croyait en Dieu, genre secte.

 

Première surprise, c’est des visages souriants, de toute origine et de toute confession, des athées même, qui m’ont accueilli ce jour là. Deuxième surprise, aucun jugement sur mon état, juste une demande formulée : celle d’avoir le désir d’arrêter de boire, un jour à la fois. J’y ai appris comment l’alcool s’était emparé sournoisement de moi et de ma vie. Aujourd’hui je ne peux plus me permettre de consommer de l’alcool car je me considère comme un malade alcoolique. A vie. Je ne dois JAMAIS l’oublier. C’est pourquoi les réunions sont aussi importantes. Le programme des AA peut être expliqué mais il se vit avant tout. Chez les AA, un mot revient souvent : capituler. Mon histoire est par définition singulière mais un point commun rassemble les membres AA : l’alcool nous a vaincu. Pour notre plus grand malheur quand on est dedans. Pour notre plus grand bonheur quand on s’en sort, miracle d’une deuxième chance dans la vie.

Oui, l’alcoolique doit capituler devant l’alcool, celui-ci est plus fort que lui. Ca ne sert à rien de lutter. Oui, il s’agit d’une abstinence à vie comme le sucre pour un diabétique ou la cigarette pour un cancéreux des poumons (comme quoi, tout est relatif dans la vie). Pourtant, je vous l’assure, pardon, je vous le jure, on peut être parfaitement heureux et joyeux sans alcool. J’en témoigne à l’aube de mes 8 ans d’abstinence.

 

Tout mon entourage consomme de l’alcool. Sans problème parce que le plus souvent modéré. Alors qu’un alcoolique, c’est mon point de vue, a des prédispositions à le devenir (sensibilité extrême ? dans les gènes ?…). Le premier signe d’alerte, il est tout simple : le besoin régulier d’alcool. Un fumeur est un drogué. Mais à la différence de l’alcoolique, il ne met pas (encore) en péril son lien social, son rapport aux autres, sa déchéance programmée.

 

Dans notre société, a contrario de celle anglo-saxonne, une personne qui refuse un apéro, c’est suspect : au mieux, c’est un intégriste musulman, au pire… un alcoolique. Il y a matière à réflexion pour l’ensemble de la société.

 

Ce que je voulais surtout te dire Roger, c’est qu’à travers toi, les AA m’ont rendu ce qui a de plus important pour toute vie humaine : ma dignité. D’autres s’en sont sortis sans les AA et c’est tout aussi mieux. Tout est bon plutôt que de tout perdre. Inévitablement. Aujourd’hui, je rencontre comme tout un chacun des problèmes mais je les affronte aujourd’hui sereinement. Je me sens miraculé car j’ai connu l’enfer. Les sourires refleurissent dans ma famille. Aujourd’hui, excepté des problèmes de santé éventuels pour moi ou mes proches, je me sens INVINCIBLE. Pendant des années, la solitude, sœur quotidienne de l’alcoolique, m’a mis des œillères sur le monde. Je m’étais fait la promesse, si j’arrivais à m’en sortir, d’être un citoyen qui se mêle des affaires de la Cité. Un peu trop aujourd’hui aux yeux de certains.   

 

Sur ton lit d’hôpital, on m’a dit que tu continuais de réciter la prière de sérénité qui m’apparaissait sectaire au début de ma sobriété : « Mon Dieu, donner moi la sérénité d’accepter les choses que je ne puis changer, le courage de changer les choses que je peux et la sagesse d’en connaître la différence ». Je la récite aujourd’hui tous les jours. Tu m’avais aussi dit que Dieu voulait dire Puissance supérieure et que chacun définissait celle-ci comme il l’entendait.

 

Je me souviens d’un vendredi soir où il pleuvait fort. Comme d’habitude, vision d’une petite lumière dans le fond du parking obscur de l’église Sainte Thérèse en Polynésie. Tu étais là, 80 ans passés, seul dans la salle. Je t’ai demandé si parfois tu n’en avais pas marre d’ouvrir le local des AA sachant que tu y serais seul. Tu m’as alors répondu : « je retransmets ce que l’on m’a donné. La lumière de cette salle est comme un phare qui doit toujours être alimenté pour les naufragés alcooliques. « A travers le monde, tous les cœurs des AA battent ensemble dans la grande cause qui les réunit ».

Aujourd’hui, les battements de mon cœur sont pour toi Roger. Je ne voulais pas que tu partes … « anonymement ». Et rappeler aux alcooliques, forcément malheureux, que l’on peut guérir de la maladie.

 

 

Page 74 sur 760

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir le Kotidien dans votre boite mail.
Les petites annonces avec Cyphoma

Please update your Flash Player to view content.

Mentions légales - Contactez-nous - 

© 2012 Tous droits réservés KREOLSI - www.lekotidien.fr  / info.kreolsi@gmail.com 0694.90.16.28