kot
Please update your Flash Player to view content.

Guyane, terre du roi Ubu (encore et toujours)…

Un lecteur nous a demandé malicieusement si nous comptions faire une rubrique régulière des relations de l’entreprise avec les services administratifs. On peut se poser la question puisque nous avons (encore)  une nouvelle histoire. Celle-ci se passe lors du dépôt d'un dossier de demande de subvention à la DIECCTE.

Dialogue :

"- Bonjour Madame, je viens vous déposer un dossier de demande de subvention. Pourriez-vous me faire un accusé réception ?

- ah non monsieur, l'accusé de réception c'est à vous de le fournir, nous on ne fait que tamponner

- ah... mais c'est vous qui réceptionnez le dossier donc normalement l'accusé réception...

- non non non ! C’est à vous de fournir l'accusé réception...

- …"

La moralité de l’histoire nous est proposée par notre lecteur : "L’Etat a raison, la prochaine fois qu’un client me demande une facture, je lui dit de se la faire lui-même… Non mais des fois !!!" TM

 

Guyane – Le maquillage professionnel à la portée de toutes !

La première école de maquillage de Guyane dont nous vous parlions la semaine passée (voir notre article : http://goo.gl/QluQFa) a ouvert ses portes ce mardi. Une quinzaine d'élèves ont pris place dans la salle de cours adossée à la boutique Make UP Forever pour un cours sur le thème "Mon 1er maquillage".

Les pupitres d'écoliers sont des postes de maquillage dernier cri avec miroir et lumière de star, on pénètre dans un monde de strass et de paillettes, voilà pour le glamour car l'ambiance est toute autre. Le professeur est une "makeup artist" formatrice internationale, Laila FRIEDLI, américaine venue de Paris, elle est épaulée par deux modèles et passe de la théorie à la pratique sous le regard d'élèves studieux.

La session se déroule sur une journée,  au programme : la correction, quelle méthodes et quel produit utiliser pour atténuer un défaut, ou  la colorimétrie, quelle couleur pour quel rendu. Chaque zone du visage a droit à son chapitre. L'échange entre le formateur et l'assistance donne du dynamisme au cours, les élèves demandent à tout moment des précisions.

Solange, une comptable inscrite au cours, se dit satisfaite "on a répondu à chacune de mes questions, je regarde parfois des tutos sur internet et j'étais venue chercher du concret". Isabelle, militaire de carrière, déclare aimer le maquillage : "je suis ravie d'avoir eu des conseils personnalisés et je prends plaisir à découvrir les techniques des pros", même son de cloche chez Myriam, cadre supérieure, passionnée, venue défaire des mauvaises habitudes.

L'équipe de Séverine FORMAL s'est attachée à travailler avec les produits adaptés à notre climat, c'est ce qui a séduit Aminata qui souhaitait travailler son teint afin d'obtenir un effet le plus naturel possible et en finir avec le maquillage qui dégouline à cause de la chaleur.

Les motivations des élèves varient, ils sont professionnels ou particuliers, le souhait commun est de faire "fructifier" au quotidien les connaissances acquises après un investissement de 480 euros pour ce cours. Yannick quant à elle jouit ici d'un cadeau offert par son mari, une excellente idée qui fera du chemin, prochaines sessions en juillet, à bon entendeur… NEM

 

Guyane, terre d’innovation et de création d’entreprises : "innovons et provoquons !"

Entreprendre, créer son entreprise, la développer, trouver des niches porteuses, la développer et de la gérer au mieux (en bon père de famille, comme on dit dans le domaine juridique), est ce que ça existe en Guyane ?

Oui, et je dirai même que tout est possible en Guyane et peut être mieux qu’ailleurs et que nous sommes une terre où l’innovation est possible et où créer son entreprise peut être un réel plaisir.

 

Il y a quelque temps, j’ai eu cette "idée innovante et provoquante".

La voici :

Si un chômeur sur deux créait son entreprise et était en mesure d’embaucher au bout d’un an un chômeur, quel serait le taux de chômage en Guyane après une année ?

Vous, lecteurs facétieux du Kotidien, aurez certainement trouvé que ce taux serait de… 0 % !

Et bien sûr, en corolaire, il faudrait que les indemnités de chômage économisées (plus de la moitié de la somme actuellement versée) soient directement affectées aux aides à la création d’entreprises.

Et 3ème condition, il faudrait que les entrepreneurs ayant déjà pignon sur rue ou qui sont stabilisés, viennent en aide, sous forme de conseils ou sous forme de parrainage à ces jeunes créateurs… et le Réseau Entreprendre en Guyane le fait déjà et le fait bien (ainsi que d'autres organismes ou associations).

 

Image Une Saison en Guyane


Alors utopique ? Peut-être, quoique…

Et dans quels secteurs créer ?

Eh bien, ils sont légion et la Guyane est un terrain propice à bien des projets :

 

Dans le tourisme vert ou d’évasion, Guyane Terre d’aventure, dans la gestion et l’élimination des déchets (ex : investir dans un compacteur pour nous débarrasser de toutes les carcasses de voitures qui jonchent les bas-côtés de nos routes), les plantes médicinales (et ne pas les laisser exploiter par des labos ou multinationales), la biodiversité, les énergies renouvelables (et pas seulement se focaliser sur un 2ème barrage et inonder à nouveau 360 km² de forêt primaire), utiliser la position stratégique de la Guyane "tête de pont de l’Europe en Amérique du Sud", préserver notre forêt primaire, joyau de notre département et éviter qu’elle ne soit ravagée par l’orpaillage illégal...

 

Des idées, il en existe à la pelle...ah oui, j’oubliais : équiper la Guyane d’un réseau de téléphonie digne de ce nom et éviter les zones "blanches", alors que nous sommes le pays d'où partent les satellites de télécommunications...

Et une autre condition pour que ça marche : faciliter les formalités de création d’entreprise en France.

 

Quand on voit que pour créer une association, il y a un parcours du combattant et qu’il faut le Kbis pour ouvrir le compte en banque et que le dit Kbis ne peut être obtenu en… *complétez vous-même* semaines, c’est presque risible, si ce n’était dramatique pour ceux qui veulent entreprendre.

 

Enfin, dernière condition : il faut aider par le biais d’exonération de charges, le créateur qui créé ses premiers emplois et ne pas donner, par le biais du CICE, des cadeaux fiscaux sans contreparties sociales.

Vaste programme me direz-vous ? Oui, mais nos politiques sont là, pour relayer ces demandes, qui, pour la plupart, tombent sous le sens !

 

Francis Tritsch pour Le Kotidien

 


 

La photo sciences et santé (7)

Frottis d'une culture de Plasmodium falciparum

Photo fournie par le laboratoire de Parasitologie

Note : les termes « schizonte » et « gamétocyte » désignent différents stades du parasite qu’est le plasmodium.

 

Guyane – #BringBackOurGirls, le Kotidien se mobilise avec ses lecteurs…

Vous retrouverez ici l’article de Néné Mendy sur l’enlèvement des 223 lycéennes au Nigéria par la secte Boko Haram.

Le Kotidien a décidé de lancer le mouvement de soutien en Guyane. Alors vous aussi rejoignez-nous pour montrer que la Guyane est solidaire de ces jeunes femmes ; le combat pour leur libération est le nôtre !

 

 

Corinne Buzaré, Miss Guyane 2012

 

Vous pouvez nous envoyer vos photos à l’adresse Cet adresse mail est protégé contre les spambots. Vous avez d'activer le javascript pour la visualiser. avec l’affiche entre vos mains mentionnant :

#Bring Back Our Girls

(à imprimer ici : http://goo.gl/rrytNK )

Vous pouvez également poster ces photos sur la page Facebook du Kotidien.

Notre idée est de constituer un dossier avec un maximum de photos pour lui donner un maximum de retentissement ici et dans l’hexagone. Pour que la Guyane montre qu’elle peut aussi se mobiliser pour des causes qui nous concernent tous sans exception !

Thierry Maquaire, directeur de publication.

L'équipe du Kotidien (TM, NEM, ES)

 

National – Christiane Taubira refuse d'être "soumise à la gégène"

Alors que les "anti-Taubira" se sont acharnés sur la Garde des Sceaux suite au fait qu'elle n'ait pas entonné la Marseillaise pendant la commémoration de l'abolition de l'esclavage dans les jardins du Luxembourg samedi 10 mai., la ministre de la Justice a répondu sur les réseaux sociaux par une tribune où elle se défend d'avoir préféré "écouter" plutôt que de lancer quelques "fausses notes". Extrait de sa réponse : "Repus de rente électorale, ils moissonnent sans effort la fureur de ceux que l’économie malmène, qui ne croient plus en eux-mêmes, ne savent plus de quelle grandeur ils furent capables et, désorientés par ces sirènes, se perdent dans le ressentiment et la mésestime de soi."

Ces mêmes "anti-Taubira" (Jean-François Copé et Marine Le Pen en tête), n'ont pas jugé bon de recadrer le maire FN de Villers-Cotterêts qui le même jour, avait refusé de célébrer cette commémoration… Ou encore les autres personnalités (comme Benoit Hamon – présent - l'a rappelé) qui n'ont pas chanté, tout comme Nicolas Sarkozy en 2009 et 2010…

Le CREFOM (Conseil représentatif des Français d’Outre-mer) a condamné le "mauvais procès d'intention" fait à Mme Taubira, devenue "bouc émissaire", par la voix de son Président, Patrick Karam. "Les Ultramarins - et en particulier Christiane Taubira - n’ont rien à prouver à qui que ce soit en matière de patriotisme" a-t-il expliqué, rappelant le patriotisme de Félix Eboué, dont nous fêterons samedi les 70 ans de sa mort. ES

 

Guyane – Un nouveau carton rouge, pour le procureur cette fois

Le Collectif Trop Violans a décidé de "mettre sur la place publique [son] positionnement sur des faits qui apparaissent objectivement pénalisant pour la bonne marche de notre société" a expliqué Farouk Amri, le porte-parole du collectif, qui décerne aujourd'hui un nouveau carton rouge au Procureur de la République, Yvan Auriel, "parce que des dizaines de plaintes de citoyens sont classées sans suite compte tenu, dixit le Procureur, 'de la faiblesse des moyens humains de la Justice en Guyane'." Pour le collectif, " Le sentiment d'abandon par le pouvoir régalien est fort chez nos concitoyens. C'est une violence."

Rectification en rapport à notre article d'hier : ce n'est pas un carton rouge, mais "un avertissement"qui a été adressé à l'intersyndicale enseignante concernant la demande de placement de la Guyane en REP+…

Se défendant "d'en faire trop", Trop Violans estime "qu'un risque vaut mieux que le silence", et appelle "tous ceux qui souhaitent s'investir pour la Guyane" à les rejoindre. ES

 

Page 74 sur 596

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir le Kotidien dans votre boite mail.
Les petites annonces avec Cyphoma
Please update your Flash Player to view content.

Chroniques RDI de Thierry Maquaire

Open in new window

Mentions légales - Contactez-nous - 

© 2012 Tous droits réservés KREOLSI - www.lekotidien.fr  / info.kreolsi@gmail.com 0694.90.16.28