kot
Please update your Flash Player to view content.

L'école de Guyane en question : Quels sont les facteurs de réussite de nos élèves ?

Les syndicats de l'Education Nationale et de l'Université invitent les guyanais à une conférence-débat ce jeudi 19 juin de 18h à 20h à l'amphithéâtre de l'ESPE sur le Campus de Troubiran, autour de la question suivante : "Quels sont les facteurs de réussite de nos élèves ?", de la maternelle à l'Université : "un enjeu pour le développement".

Pour les syndicats, la fin d'année scolaire offre l'occasion de se "poser" pour "débattre ensemble sur l'Ecole dont la Guyane a besoin", après qu'ils se soient "mobilisés pour gagner une Université de qualité, (…) mobilisés contre les violences, pour un plan de constructions scolaires, pour le passage de l'Académie en REP +". Une mobilisation qu'ils comptent bien poursuivre, puisque "nous constatons le manque d'une vision cohérente à long terme de notre système éducatif".

Etonnement, hier, le Rectorat a annoncé qu'une rencontre entre le Recteur Philippe Lacombe et les maires des 22 communes de Guyane se tiendrait de 9h à midi aujourd'hui, pour "se concerter et échanger" sur différentes questions comme les constructions, les rythmes scolaires, la restauration et l'éducation prioritaire… ES

 

Guyane – Montsinéry devient une commune associée du PNRG

Hier, Hélène Sirder, la Présidente du Parc Naturel Régional de Guyane a signé une convention avec le maire de Montsinéry-Tonnegrande, Patrick Lecante, pour l'adhésion de la commune au Syndicat Mixte d'Aménagement du PNRG. L'objectif est de pouvoir "conduire des actions en faveur de la conservation de la faune et de la flore mais aussi des actions de développement local" dans les communes "limitrophes" au Parc.

Dans cette convention figurent des actions liées à l’éducation à l’environnement, au développement économique et à la gestion-valorisation des espaces naturels. Et Montsinéry est la 1ère commune à s'associer au PNRG, et à recevoir le label "Parc Naturel Régional" que le PNRG peut attribuer depuis fin 2012. ES

 

Guyane – Une librairie qui ferme, c’est un coup de foudre qui n’aura pas lieu…

La librairie Encrage de Kourou risque de fermer ses portes en septembre faute de repreneur. Il est réellement dommage que la ville spatiale puisse se retrouver sans son unique librairie qui est, avant tout, un lieu de culture.

Clubs de lecture, après-midi contes, expositions, dédicaces d’auteurs… Autant d’évènements qui rythment la vie de la commune depuis de nombreuses années.

A l’heure du tout numérique la librairie est un lien social important et ce sont souvent les conseils des libraires qui nous font découvrir des ouvrages ou des écrivains, qui donnent à nos enfants le goût de lire, celui de s’asseoir dans le coin de la boutique avec une BD qu’on dévore comme on ferait d’un gâteau grappillé dans une pâtisserie.

Oui pour tout cela, et bien plus encore, une librairie est indispensable à la ville de Kourou pour ne pas devenir encore plus une "ville dortoir" avec un centre-ville dont les boutiques seraient situées à Cayenne…

Et c’est pour tout cela que votre présence est requise le mardi 24 juin prochain à 19h dans les locaux de la librairie (leur téléphone est le 0594 220 922) afin que chacun puisse participer à ce travail de réflexion pour envisager un début de solution et éviter la disparition d’une librairie mais aussi d’une entreprise et de ses salariés. TM


 

Coupe du Monde Brésil 2014 – La malédiction du vainqueur et des oranges pressées qui ne manquaient pas de jus…

Eh oui ! Le miracle n’aura pas eu lieu et les tenants du titre espagnols rentrent piteusement chez eux après 2 matchs perdus sans contestation possible.

La fatigue, l’accumulation des matchs, des transfusions sanguines ratées ou autres stimulants périmés… autant d’explications plus ou moins douteuses pour expliquer le fiasco d’une équipe en fin de cycle qui n’aura pas su se renouveler à l’image de son gardien, Iker Casillas, encore fébrile et fautif sur les 2 buts du Chili hier. Mais celui-ci n’est pas le seul à incriminer mais bien toute une équipe à bout de souffle et incapable d’imposer son jeu à des adversaires qui avaient envie de leur marcher dessus et de se faire la peau du champion.

Dans l’autre rencontre du groupe B, les Hollandais ont éprouvé les pires difficultés pour se défaire des kangourous australiens qui ont fait un match de toute beauté avec notamment l’un des plus beaux buts de la compétition (reprise de volée à l’entrée de la surface).

L’émotion était du côté de cette "petite" équipe qui aura joué avec un cœur énorme et qui a failli créer l’une des grosses surprises de ce premier tour.

Quoiqu’il en soit le verdict est définitif dans ce groupe : Hollandais et Chiliens seront au second tour, il restera simplement à décider du vainqueur du groupe lors de la rencontre entre les deux qualifiés.

Cette dernière partie sera d’importance puisque le perdant aura de fortes chances de rencontrer le Brésil en huitièmes de finale…

Et maintenant, qui pour succéder aux espagnols ? Brésil, Allemagne, Argentine, Hollande, Italie ou même France, Chili, Colombie ou Belgique, ils sont nombreux à prétendre à conquérir ce titre et bien malin celui qui pourra prédire l’issue d’une compétition très ouverte… TM

 

National – Avec un an de retard, la loi sur la transition énergétique est arrivée !

La loi sur la transition énergétique, une promesse du début du quinquennat de François Hollande qui devait voir le jour il y a un an, a enfin été présentée le 18 juin au Conseil des ministres par Ségolène Royal, la ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie.

Il fallait bien un an pour consulter les entreprises d’Etat, comme EDF, Areva ou Renault, ou encore discuter avec les syndicats agricoles comme la FNSEA avant de rédiger une proposition de loi qui ne froisse personne.

Si la Ministre n'a pas précisé quels seraient les moyens de financement de sa nouvelle loi, le versant positif fait apparaître clairement des objectifs chiffrés :

- faire diminuer les émissions de gaz à effet de serre de 40% en 2030 par rapport au niveau de 1990 ;
- diminuer de 30% notre consommation d’énergie fossile d’ici 2030 ;
- réduire la part du nucléaire dans le mix énergétique à 50% en 2025, alors que le nucléaire représente actuellement 75% à 80% de la production d’électricité ; 
- avoir 32% d’énergies renouvelables dans le mix énergétique en 2030 ; 
- diviser par deux la consommation d’énergie en 2050 par rapport au niveau de 2012.

Et pour concrétiser ces objectifs, Mme Royal a avancé des principes qu’elle veut structurants, comme maîtriser la demande d’énergie en poussant l’efficacité énergétique et la sobriété, diversifier les sources d’énergie et augmenter la part des renouvelables dans le mix énergétique ou encore associer les citoyens, les entreprises et les territoires.

Mais la ministre souhaite aussi assurer la transparence et l’information, alors que l’énergie est un sujet qui, justement, est traité depuis les années 1960 en France dans la plus stricte opacité à cause du nucléaire. A  propos de cette énergie… en sortir… ce n'est pas prévu dans la loi !

 

Guyane – Un "nouveau" Code minier en septembre ?

Selon le Ministre de de l'Economie et du Redressement productif, Arnaud Montebourg qui l'a annoncé à l'Assemblée Nationale le 10 juin, le projet de loi qui permettra de réformer le Code minier devrait être prêt pour la fin août. Les changements sont attendus par un grand nombre de mouvements écologistes, inquiets sur la question du gaz de schiste, ou de l'exploitation aurifère comme c'est le cas en Guyane, mais aussi par les professionnels de l'extraction, qui espèrent voir un geste de l'Etat pour relancer l'activité "primaire" sur le territoire français.

Le Ministre a expliqué que l'élaboration de ce projet de loi demandait "un peu de travail" en raison du nombre important d'articles qui seront amenés à être modifiés… "C'est un dossier très important puisqu'il s'agit d'une réforme qui permettra à la France (…) de redevenir une nation minière", a-t-il affirmé.

Cette réforme sera menée "en respectant les équilibres, en associant la population, et (…) en renforçant l'adhésion à ces projets d'intérêt économique majeur pour la souveraineté de notre pays et pour l'avenir de notre industrie", a-t-il ajouté devant les députés. L'Etat rechercherait "un équilibre entre les préoccupations économiques, de sécurité juridique et les préoccupations environnementales", a observé Arnaud Montebourg.

 

La fiscalité réajustée

Le Code minier comprendra également un chapitre complet sur la fiscalité, sujet prioritaire pour les collectivités territoriales, tant dans le domaine de l'extraction de l'or que dans celui des forages off-shore. Aujourd'hui, les taxes en vigueur pour l'extraction de l'or sont minuscules, alors que le cours de la matière jaune est d'environ 30.000 euros le kilo : la redevance communale s'élève à 125,70 euros (soit 0,42%), et la redevance départementale de 25,20 euros (soit 0,08%) par kilo…

Si on en croit les propos du Conseiller d'Etat Thierry Tuot chargé de la rédaction du projet de loi, lors de la présentation au gouvernement en décembre dernier, "les redevances doivent refléter les sujétions subies par les collectivités territoriales, qu'il s'agisse de la commune d'emprise de la mine ou de celles qui sont impactées d'une autre façon par le projet minier." Comprendre "touchée par les désagréments qui pourrait découler de l'extraction."

En imaginant qu'une plate-forme pétrolière soit installée au large des côtes guyanaises, 70% du produit des taxes "seraient attribuées au collectivités sur les territoires desquelles sont implantées les installations" et 30% seront "réservées" à celles touchées par d'éventuelles désagréments… Qu'en sera-t-il pour l'extraction de l'or (légale) et les procédés "non-mécaniques" tels que la cyanuration, pas (encore) autorisés dans notre département ?

 

Les entreprises sont prêtes

"L'unité pilote de traitement" de l'entreprise Auplata, accordée en février par la DEAL sur la commune de Rémire-Montjoly, et contre laquelle se sont élevées les associations environnementales, sera-t-elle un futur standard autorisé pour les entreprises du secteur ? Selon le Président d'Auplata, Jean-François Fourt, cette technique permettrait "d’augmenter la production aurifère actuelle de l’ordre de 20%."

Ce mardi, M Fourt a même annoncé au site d'actualité boursière Cercle Finance avoir le souhait "d'implanter des unités industrielles de cyanuration de plus grande capacité directement sur les sites miniers afin d'accroître la production d'or." Jusque-là, le projet de l'unité pilote était censé recevoir et traiter l'or extrait depuis le site de Dieu Merci sur lequel est installée la société…

Entre la création de la société minière nationale, la refonte du Code minier et les demandes de permis d'exploration off-shore, la Guyane a de quoi se préparer à du nouveau dans les mois qui viennent… ES

 

L'appel du 18 juin, Félix Eboué et la Guyane…

Ce mercredi, la France commémore l'appel passé il y a 74 ans sur les ondes de la BBC par le Général de Gaulle. Cet appel à la résistance à l'oppresseur nazi, auquel le gouverneur du Tchad de l'époque, un certain Félix Eboué, enfant de Cayenne, décide de répondre en proclamant le ralliement officiel du Tchad au Général, le 26 août 1940, donnant ainsi "le signal de redressement de l'empire tout entier" et un territoire à la France libre. De Gaulle nomme en novembre Félix Eboué, gouverneur général de l'Afrique-Equatoriale française, et lui remet en janvier 41 la Croix de l'ordre de la Libération.

En permettant à la France libre de rassembler une armée de 40.000 hommes et une production de guerre, il applique la "politique indigène" permettant aux indigènes de conserver leurs traditions tout en s'appuyant sur les chefs coutumiers. Décédé au Caire en 1944 d'une congestion cérébrale (à 60 ans), Félix Eboué a été inhumé au Panthéon en 1949, auprès de Victor Schoelcher, en présence de Gaston Monnerville, autre personnage illustre de Guyane.

La Guyane justement, qui, brimée par le régime de Vichy et le rationnement fini par faire dissidence en mars 1943 pour rallier le Général de Gaulle, rejoint par l'armée, dans laquelle 456 guyanais participent aux opérations militaires en Afrique, et 38 y laissent la vie. Pendant le conflit, ce sont principalement les Etats-Unis (qui construisent les aérodromes de Rochambeau et du Galion) et le Brésil, qui ont permis le ravitaillement de la population, même si le rationnement dura jusqu'en 1947…

Aujourd'hui donc, le Préfet Eric Spitz rendra hommage à Félix Eboué pour les 70 ans de sa mort, une cérémonie organisée par le Cercle Félix Eboué et la Mairie de Cayenne, qui offrira sur la place des Palmistes un "défilé allégorique" en l'honneur de ceux qui ont eu le courage de dire "non". ES

 

Page 74 sur 619

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir le Kotidien dans votre boite mail.
Les petites annonces avec Cyphoma

Please update your Flash Player to view content.

Mentions légales - Contactez-nous - 

© 2012 Tous droits réservés KREOLSI - www.lekotidien.fr  / info.kreolsi@gmail.com 0694.90.16.28